Glaciers
Webalpes glaciers
 
Nombre de visiteurs
Webalpes Glaciers Webalpes Glaciers Webalpes Glaciers Webalpes Glaciers
Du Mont-blanc au Glacier des Bossons

Webalpes glaciersLe glacier des Bossons issu directement des neiges du sommet du Mont-blanc déroule, son éclatante blancheur jusqu'aux forêts sombres de la vallée.
Sa position centrale visible de partout, attire en permanence l'oil du montagnard en même temps qu'elle frappe tout de suite la vue du visiteur.

Le contraste entre l'étincelante luminosité de sa glace pure et les verts des épicéas et mélèzes de ses rives, représente un spectacle unique, qui a toujours ravi ceux qui depuis des siècles, l'ont approché et décrit.

La vie de ce glacier prestigieux touche directement les chamoniards qui entendent le grondement fréquent de ses chutes de séracs, bruit qui terrorisait les anciens. Ils s'émerveillent du changement des ses teintes selon l'heure de la journée, la saison, l'ensoleillement.

Le glacier s'entoure l'hiver de mystère, comme plus éloigné des hommes, presque silencieux, figé dans sa froide lumière bleu; parfois quelques craquements de séracs laissent longtemps des plaies d'écailles vertes.

L'été, dégoulinant d'une lumière scintillante au soleil du matin, il offre à portée de main, attirance trompeuse, ses vagues brillantes et débonnaires. Que survienne un orage, et la masse glacée s'assombrit d'un coup, ses teintes ocres se fondant avec celles des forets riveraines. Aussitôt après, la lumière éclate à nouveau en une large bande à mi-hauteur, teintes rouges et roses, irréelles et éphémères, annonciatrice du retour du beau temps. Mais le glacier n'est jamais aussi étrange et impressionnant que lorsque souffle le fohn. De quelqu'endroit qu'il l'aborde, le marcheur ne peut rester insensible à son atmosphère froide et sauvage, faite de sévérité et de mystère imposant l'humilité. Une fois chaussés les crampons, c'est toujours avec un petit pincement au cour que l'on commence à gravir ses pentes de couleurs.

Webalpes glaciersCaractéristiques générales du glacier :


Le glacier descend en ligne directe du sommet du Mont-blanc (4810) le plus haut sommet alpin, par une cascade de glace en paliers jusqu'à l'altitude de 1180 mètres, la plus basse des alpes pour la langue terminale d'un glacier.

Le dénivelé de 3670 mètres est le plus grand du monde, pour un glacier descendant d'un seul tenant du haut du sommet jusqu'à sa base.

Une autre caractéristique du glacier réside dans son extraordinaire blancheur. Cette particularité tient au fait que la glace restante parvenant dans la langue terminale après des années d'ablation au cours de la descente du glacier, s'est formée entre 3500 et 4810 mètres d'altitude. Cette haute altitude de formation de la glace ne se retrouve dans toutes les alpes qu'au mont rose (4634m). Cela signifie que cette glace de type arctique (fonte estivale négligeable) est froide, remplie de bulles d'air qui lui donnent sa blancheur.

D'autre part cette glace ne met qu'une soixantaine d'années après sa formation pour arrivée au bas de la langue terminale. Elle est donc relativement jeune, conservant encore dans sa structure ces masses d'air emprisonnées.

Les autres glaciers alpins sont constitués de glaces formées beaucoup plus bas, c'est à dire entre 3000 mètres et 3700 mètres d'altitude, soumises au gel et dégel et à la percolation de l'eau. Ces glaces se retrouvent plus sombres, plus bleues, dans les langues terminales.
Accueil