Chamois et Isard
Webalpes chamois et isard
 
Nombre de visiteurs
Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss
Se nourrir semble l'occupation principale des chamois et des isards. Ils y consacrent la moitié de la journée et une partie de la nuit.

webalpes Chamois et IsardNourriture hivernale. A la fin de l'automne et surtout en hiver, la priorité est plus que jamais donné à la recherche de la nourriture. Les animaux broutent très tôt, et toute la matinée, de 6 h à midi. En milieu de journée, ils ruminent et se reposent quelques heures pour recommencer.

webalpes Chamois et IsardNourriture printanière. Le chamois descend dans le bas des vallées, attiré par les pousses nouvelles, fleurs ou graminées que la neige fondante découvre.

Nourriture estivale. En été, ces ongulés mangent dès l'aube et se reposent en ruminant dans la matinée. Vers midi, ils broutent à nouveau pour ruminer dans l'après-midi. Ses herbes préférées sont le trèfle des Alpes, le choux de Richer, les plantains et les pâturins.

L'eau est aussi un élément nécessaire aux chamois et isards. Comme les bouquetins, ils trouvent la plus grande partie de l'eau nécessaire à leur organisme dans les plantes dont ils se nourrissent et dans la rosée qui les recouvre. On peut attribuer en partie la sobriété de ces ruminants à leur comportement. Ils cherchent toujours à réduire les déperditions hydriques. D'instinct, ils répugnent à s'exposer aux fortes chaleurs estivales.

Le sel est un autre élément nutritif pour ces ruminants, et d'une grande nécessité physiologique. Il est léché avec avidité des minutes durant dans les salines ou liches naturelles. les chamois ne dédaignent pas les pains ou pierres de sel déposé par les bergers pour leur moutons.

L'abroutissement. Il consiste pour ces ongulés à prélever en forêt les feuilles, bourgeons, extrémités de rameaux et autres pousses. Il va de soi que ces dégâts sont plus importants lorsque l'arbre est à croissance rapide.

Parmi les feuillus et les conifères les plus touchés : l'érable sycomore, le sorbier des oiseleurs, l'épicéa et surtout le sapin pectiné.
Accueil