Chamois et Isard
Webalpes chamois et isard
 
Nombre de visiteurs
Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss Webalpes chamoiss
Vêtus d'un habit de saison toujours adapté au climat, le chamois et l'isard portent beau. Leur corps est svelte, admirablement charpenté, équilibré par une tête racée, couronnée de deux fins étuis gracieusement recourbés en forme de crochet. Quant aux sabots, ils semblent avoir été conçus exprès pour l'escalade.

webalpes Chamois et IsardLe chamois et l'isard ont une taille sensiblement différente. La longueur du chamois des Alpes adulte varie de 1.20 m à 1.40 m, cela pour une hauteur au garrot, prise du sabot jusqu'au-dessus de l'épaule de 80 à 85 cm. Pour la grande femelle chamois, il faut enlever 10 cm. Chez l'isard des Pyrénées, les mensurations nettement inférieures, vont pour un mâle adulte de 1 m à 1,10 m. Le poids de l'adulte est très variable. Ainsi le chamois mâle adulte des Alpes en bonne santé durant la belle saison peut se situer ente 35 et 50 kg. La femelle chamois, plus légère, pèse entre 25 et 38 kg environ. Chez l'isard, nettement moins lourd, le mâle pèse de 25 à 40 kg et la femelle de 20 à 32 kg.

Chamois et isards accusent un poids maximum en automne, grâce alors aux réserves accumulées pendant les saisons estivales. Puis le rut peut faire perdre aux mâles beaucoup de leur poids, sans compter les privations hivernales qui font maigrir les animaux. En hiver, leur poids peut diminuer de moitié.

webalpes Chamois et IsardLes cornes des chamois contribuent à ajouter à la beauté sauvage de cet animal en affinant encore une silhouette déjà si gracieuse et déliée. Les cornes des chamois mâles sont plus épaisses que celles des femelles. Les crochets sont en général plus recourbés et plus fermés que ceux de la femelle. Les cornes de l'isard sont typiques. Bien plus petite et plus minces que celles du chamois. Les anneaux d'âge, comme leur nom l'indique, permettent de connaître l'âge des animaux. Ce sont de fins sillons qui font le tour des étuis et se forment chaque hiver. Les cornes peuvent atteindre une hauteur de 18 cm pour une longueur de 30 cm.
L'usure des cornes est plus ou moins prononcée. C'est en se frottant aux rochers que certains chamois usent leurs cornes. Les cornes sont utiles aux mâles au moment du rut lorsqu'ils affrontent leurs rivaux. Ce sont des armes redoutables dont les crochets peuvent déchirer la peau du ventre ou des pattes.

La couleur du pelage des chamois varie avec l'âge, le sexe, l'habitat et les saisons. Le nouveau-né présente un pelage uniforme et grisâtre. A l'âge d'un mois et demi, sa livrée a les couleurs de celle de sa mère.

En août et septembre, les chevreaux arborent parfois une toison plus sombre que les adultes. C'est de juin à août que le chamois porte sa belle livrée fauve d'été, parfois rougeâtre, qui tranche tant avec le vert éclatant des alpages. Le pelage des femelles est en général plus sombre que celui des mâles.

Le pelage porté par l'isard en été est d'une teinte rouge brique, donc plus rouge que celui du chamois. En hiver par contre, le pelage de l'isard est coloré et ne noircit pas uniformément.

Très visible aussi, la fameuse écharpe hivernale. Elle est formée par les deux bandes sombres qui tombent de part et d'autre d'un cou beige clair.

Les mues se caractérisent par la perte des anciens poils et la repousse des nouveaux. Contrairement à la seule mue annuelle du bouquetin, chamois et isards changent deux fois de livrée dans l'année. Chez eux à chacune des mues, les trois sortes de poils du pelage sont entièrement et progressivement renouvelées. On ne peut qu'admirer les transformations du pelage des chamois et des isards. Les mues sont adaptées aux saisons en ne laissent jamais les animaux à découverts.
webalpes Chamois et Isard
La nature même des poils (remplis d'air isolant pour les jarres, leur forme (le duvet est frisé), mais aussi leur longueur et leur couleur (le noir absorbe la chaleur solaire), contribuent à assurer une protection optimale.

Chez le chamois, la mue de printemps débute dès la fin du mois de mars et le pelage sombre commence à s'éclaircir. Début mai, les poils grisonnent et tombent. C'est la pleine mue pendant laquelle les poils se détachent par touffes, parfois par plaques entières.

La vue du chamois et de l'isard est excellente et dépasse celle des humains. Sans atteindre cependant l'acuité de la vision de l'aigle ou de la marmotte. Leur vue est très sensible aux mouvements que les animaux décèlent à des grandes distances et avec une incroyable rapidité. Ils remarquent vite et loin la silhouette verticale de l'homme. Ils voient aussi parfaitement dans la pénombre matinale ou crépusculaire. L'animal se fige instantanément et fixe l'endroit en question pendant de longues secondes. Il cherche à identifier l'intrus et à évaluer le danger potentiel.

L'ouïe est très développée. Les animaux réagissent immédiatement à tout bruit insolite susceptible d'annoncer un danger. L'ouïe est aussi très sélective. Ne les alertent pas outre mesure les chutes de pierres, le déplacement ou l'arrivée d'un congénère et même les activités des hommes, pastorales ou forestières, auxquelles ils sont habitués. Ils sont très sensibles aux sons métalliques, comme ceux d'un trépied métallique cognant contre le rocher.

webalpes Chamois et Isard L'odorat est sans doute le sens le plus affiné chez les chamois et isards. Les fosses nasales, pourvues d'innombrables papilles sensorielles, leur permettent de filtrer l'air et chaque souffle de vent. Les animaux sont particulièrement sensibles à l'odeur humaine qu'ils perçoivent par vent très favorable jusqu'à plus de 500 mètres de distance. Grâce à cette analyse constante de l'air ambiant, ces ongulés détectent à l'avance la venue d'un congénère ou de tout autre mammifère. non encore visible mais dont ils ont reconnu les effluves.

La voix. Le chuintement ou sifflement du chamois et de l'isard est bien connu. Il est émis par les animaux des deux sexes. Mais ils peuvent aussi siffler quand ils sont seuls pour d'autres raisons qui n'ont rien à voir avec leur sécurité. Bouche fermée, l'air est brusquement expiré par les nasaux que l'animal rétrécit sciemment dans le but de produire ce bruyant et sonore sifflement qui dure une à deux secondes. Il ressemble à un « pchi-i-i-e-e- » dont les variantes sont nombreuses.
Le bêlement est l'émanation sonore des chevreaux et de leur mère. Le chevrotement est caractéristique des mâles en rut.
Accueil